Les Sahraouis pour l'autonomie du Sahara occidental

12 novembre 2018

La Mauritanie se félicite de la proposition de SM le Roi d'ouvrir le dialogue avec l'Algérie

La Mauritanie a salué la proposition faite, mardi dernier, par SM le Roi Mohammed VI, à l’occasion du 43ème anniversaire de la Marche Verte, d’ouvrir un “dialogue franc et direct” avec l’Algérie.

«Nous accueillons favorablement toute initiative et nous lui souhaitons plein succès», a déclaré le ministre mauritanien de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Sidi Mohamed Ould Maham, lors d’une conférence de presse tenue, jeudi, à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.

«La Mauritanie encourage et souhaite plein succès à toute initiative de nature à garantir la stabilité et la sécurité de la région, ainsi que le bon voisinage», a encore souligné le porte-parole du gouvernement.

Le Souverain a souligné, mardi 6 novembre 2018, la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie et proposé la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation, afin de dépasser les différends conjoncturels entravant le développement des relations bilatérales.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


09 novembre 2018

La France salue la proposition de Mohammed 6 sur la création d’un mécanisme de dialogue avec l’Algérie

La France a pris connaissance avec un grand intérêt de la proposition faite par SM le Roi d’un dialogue renouvelé avec l’Algérie selon le porte-parole du ministère des affaires étrangères français, lors d’un point de presse, jeudi 8 novembre 2018.
Dans une communication publiée sur le site du ministère français des affaires étrangères, la réponse du porte-parole fait suite à une question sur la réaction française à l’appel lancé par SM le Roi en faveur de "la mise en place d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation entre le Maroc et l’Algérie sur la question du Sahara occidental".
Le Porte parole déclare : " Comme l’a rappelé le Président de la République lors de sa visite d’État à Tunis, le 1er février 2018 : « le Maghreb ne pourra réussir s’il reste cloisonné, si la route d’Est en Ouest n’existe plus. Je sais tous les différends qu’il y a, je sais toutes les raisons qu’il y a de ne pas être d’accord, mais je sais aussi tout ce que l’unité du Maghreb peut emporter »."
Il ajoute qu’ " Aussi la France a-t-elle pris connaissance avec un grand intérêt de la proposition faite par le Roi du Maroc d’un dialogue renouvelé avec l’Algérie."
" La France a toujours appelé de ses vœux le renforcement des liens entre le Maroc et l’Algérie, qui sont des partenaires majeurs auxquels nous unissent des liens d’une densité exceptionnelle" estime la porte parole du Quai d’Orsay.
Revenant sur le dossier du Sahara la déclaration rappelle que "la France réitère son soutien aux efforts de médiation de l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies", ajoutant qu’elle "se félicite de la perspective d’un tour de table préliminaire à Genève en décembre prochain".

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

08 novembre 2018

Le SG de l’ONU “a toujours été favorable à un dialogue renforcé” entre le Maroc et l’Algérie (Porte-parole)

Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, “a toujours été favorable à un dialogue renforcé entre le Maroc et l’Algérie”, a affirmé mercredi à New York son porte-parole, Stéphane Dujarric, et ce en réaction à l’annonce par du roi Mohammed VI de la disposition du Royaume au dialogue direct et franc avec l’Algérie, contenue dans le Discours à la Nation, prononcé par le souverain à l’occasion du 43ème anniversaire de la Marche verte.
“Le Secrétaire général a toujours été favorable à un dialogue renforcé entre le Maroc et l’Algérie”, a dit le porte-parole lors de son point de presse quotidien, en réponse à une question d’un journaliste au sujet de la proposition par du Roi à l’Algérie de créer un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation, contenue dans le discours Royal.
M. Dujarric a également tenu à souligner que le Secrétaire général de l’ONU “se félicite du soutien apporté par le roi aux efforts déployés par l’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Horst Köhler, en vue de la reprise des pourparlers”.
Il a ajouté que M. Guterres s’est ainsi félicité des réponses positives à l’invitation de M. Köhler à la table ronde initiale qui sera tenue à Genève les 5 et 6 décembre.
“Le Secrétaire général exprime l’espoir que cette première table ronde sera le début d’un processus qui conduira à une solution à ce conflit de longue date”, a conclu son porte-parole.
Dans Son discours à la Nation, le roi avait souligné: “C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que Je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations”.
Le souverain a également souligné, dans ce discours, “la collaboration sincère” du Maroc avec le Secrétaire général des Nations-Unies”, et le soutien apporté par le Royaume aux efforts de son Envoyé personnel pour le Sahara “pour poser les jalons d’un processus politique sérieux et crédible”.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

07 novembre 2018

Le roi du Maroc déclare la disposition du Maroc au dialogue « direct et franc » avec l'Algérie et propose la création d’un mécan

Le roi Mohammed VI a déclaré, mardi, la disposition du Royaume du Maroc au « dialogue direct et franc » avec l’Algérie et proposé la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation afin de dépasser les « différends conjoncturels » entravant le développement des relations bilatérales.
Dans un discours à l’occasion du 43-ème anniversaire de la Marche Verte, le souverain marocain a rappelé que depuis Son Accession au Trône, Il a appelé « avec sincérité et bonne foi » à l’ouverture des frontières entre les deux pays et à la normalisation des relations maroco-algériennes
« C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que Je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations », a souligné le Souverain.
A cet effet, le roi a proposé aux « frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation », précisant que « le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord ».
« Le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères », a dit le Souverain, ajoutant qu’en vertu de son mandat, ce mécanisme « devra s’engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert ».
Il pourra constituer, a fait noter SM le Roi, le « cadre pratique d’une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales », notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb.
Le rôle de ce mécanisme sera aussi de contribuer au « renforcement de la concertation et de la coordination bilatérales pour permettre de relever efficacement les défis régionaux et internationaux, notamment ceux qui sont liés à la lutte anti-terroriste et à la problématique migratoire », a relevé le Souverain, réitérant Son « engagement à œuvrer main dans la main avec nos frères en Algérie, dans un total respect des institutions nationales de leur pays ».
« Mus par l’affection et l’estime que nous portons à l’Algérie, à sa direction et à son peuple, nous ne ménagerons aucun effort, au Maroc, pour asseoir nos relations bilatérales sur de solides bases de confiance, de solidarité et de bon voisinage, inspirés en cela par la parole de Notre Aïeul, paix et salut sur lui : « Jibril m’a tellement recommandé d’être bienveillant envers mes voisins que j’ai failli croire qu’il allait en faire mes propres héritiers », a dit le roi.
Par ailleurs, le souverain a déploré « l’état de division et de discorde qui sévit actuellement au sein de l’espace maghrébin », faisant observer que cette situation s’inscrit en « opposition flagrante et insensée » avec ce qui unit les peuples de la région, savoir ; des liens de fraternité, une identité de religion, de langue et d’histoire et un destin commun.
Le roi a, à cet égard, noté que cet état « contraste avec l’ambition de concrétiser l’idéal unitaire maghrébin, qui animait la génération de la Libération et de l’Indépendance, ambition qui s’est incarnée en 1958 par la Conférence de Tanger, dont nous célébrons le soixantième anniversaire ».
Dans ce contexte, le souverain a rappelé que l’appui apporté par le Royaume à la Révolution algérienne avait contribué à renforcer les relations entre le Trône marocain et la Résistance algérienne et avait également été un « élément fondateur de la conscience et de l’action politique maghrébine commune ».
« De longues années durant et jusqu’au rétablissement de l’indépendance, côte à côte, nous nous sommes dressés contre le colonisateur dans un combat commun ; et nous nous connaissons bien. Par ailleurs, nombreuses sont les familles marocaines et algériennes qui partagent des liens de sang et de parenté », a affirmé le Souverain, relevant que l’intérêt des deux peuples réside dans « leur unité, leur complémentarité, leur intégration ; et nul besoin qu’une tierce partie joue, entre nous, les intercesseurs ou les médiateurs ».
« Néanmoins, nous devons faire preuve de réalisme et convenir que les relations entre nos deux pays échappent à la normalité, créant, de fait, une situation inacceptable », a souligné le roi.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

05 novembre 2018

Le Forum d'affaires Maroc-France organisé à Laâyoune

Les provinces du Sud du Royaume offrent un climat d’investissement et d’affaires très attractif

Les provinces du Sud du Royaume offrent un climat d'investissement et d’affaire très attractive grâce à une forte volonté politique qui vise à en faire un exemple de développement régional et durable, a indiqué, samedi à Laâyoune, la secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur, Rkia Derham.
Les régions du sud du Maroc ont connu une évolution notable sous l’impulsion de S.M le Roi Mohammed VI et un bond qualitatif à la faveur du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, lancé en 2015 par le Souverain, a souligné Rkia Derham lors du Forum d'affaires Maroc-France qui se tient du 2 au 4 novembre à Laâyoune. Elle a relevé à cette occasion, que la région de Laâyoune Sakia-El Hamra, de par sa position géographique stratégique en tant que porte d'entrée vers l'Afrique, ses ressources naturelles, ses infrastructures, et son plan de développement régional 2017-2022, constitue un espace économique qui présente de multiples opportunités d’investissement et d'affaires et offre des potentialités de développement très prometteuses qu'il convient de mettre à contribution et d'en tirer le meilleur parti.
Il importe pour le Maroc et la France de valoriser les atouts que recèle cette région en multipliant les efforts pour développer le volume des investissements des entreprises des deux pays et réaliser les objectifs des programmes régionaux de développement, a-t-elle insisté.
La secrétaire d'Etat au Commerce a, en outre, fait observer que la région de Laâyoune Sakia-El Hamra s'est inscrite pleinement dans le chantier de la régionalisation avancée qui constitue un cadre institutionnel pour le nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume, notant que pour accélérer la mise en œuvre de ce chantier, le gouvernement accorde une grande importance au processus de déconcentration administrative et s'emploie à garantir toutes les conditions nécessaires pour l'exécution des politiques publiques au niveau territorial suivant une approche globale et intégrée.
Elle a également assuré que l'ensemble des secteurs représentés lors de ce Forum (agriculture, BTP, énergies renouvelables, mines, logistiques, pêche maritime, santé...) disposent de stratégies nationales qui permettent aux investisseurs d'avoir une grande visibilité ainsi que des bases solides de développement durable, tout en se disant convaincue que cet événement offre l'occasion tant aux opérateurs économiques marocains que français de prendre connaissance de la stratégie de développement de la région et du degré de mise en œuvre par celle-ci des stratégies sectorielles nationales.
Le Plan de développement régional de Laâyoune Sakia El Hamra présente un portefeuille de 140 projets offrant des opportunités d’affaires à toutes les catégories d’entreprises.
Doté d’une enveloppe budgétaire de 49 milliards de dirhams (MMDH), ce plan ambitionne à l’horizon 2021, la réduction du taux de chômage à 9%, la création de 25.000 emplois, et la captation de 6 MMDH d’investissements privés.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


02 novembre 2018

La résolution 2440 a introduit des nouveautés, confirmé des réalités et réaffirmé des fondamentaux (représentant du Maroc ONU)

Pour la première fois, le Conseil de Sécurité consacre l’Algérie comme partie principale dans tout le processus politique
Cette résolution, comme le dernier rapport du SG, balaye définitivement le mirage des ‘territoires libérés’, entretenu par l’Algérie et le Polisario

La résolution 2440 sur la question du Sahara Marocain, qui “consacre, pour la première fois, l’Algérie comme partie principale dans le processus politique”, a introduit des nouveautés, confirmé des réalités et réaffirmé des paramètres fondamentaux, a affirmé, mercredi, l’Ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, M. Omar Hilale.
“L’adoption de cette résolution après la 2414 d’avril dernier, constitue un développement majeur dans la gestion de la question du Sahara Marocain par le Conseil de Sécurité”, a fait remarquer l’Ambassadeur Hilale, lors d’un point de presse à l’issue de l’adoption de la résolution 2440, en expliquant qu’elle a “introduit des nouveautés, confirmé des réalités et réaffirmé des paramètres fondamentaux”.
Dans sa démonstration, l’Ambassadeur Hilale a expliqué qu’au niveau des nouveautés, la résolution 2440, qui se félicite de l’organisation, les 5 et 6 décembre 2018, de la table ronde à Genève, “consacre, pour la première fois, l’Algérie comme partie principale dans le processus politique”, en précisant que l’Algérie “participera à cette réunion avec la même qualité que le Maroc et la Mauritanie”.
Il s’agit d’un fait “historique”, a-t-il développé, en ce sens que le Conseil de Sécurité exige de l’Algérie qu’elle prenne part à la réunion de Genève de bonne foi, sans pré-conditions et dans un esprit de compromis. Et de préciser que “cette demande expresse à l’Algérie ne concerne pas uniquement la table ronde de Genève, mais couvre tout le processus politique, jusqu’à sa conclusion, comme exigé dans le paragraphe opérationnel 3”.
La résolution appelle, en outre, à des consultations préalables pour la préparation minutieuse de cette table ronde, sur laquelle le Maroc ne cesse d’insister, a-t-il fait observer par ailleurs.
Evoquant le volet relatif à la confirmation des réalités, M. Hilale a noté que cette dernière résolution exige du Polisario de ne pas retourner à la zone tampon de Guergarate et de ne transférer aucune structure administrative, et donc civile et militaire, au territoire du Sahara Marocain.
“Cette exigence, a-t-il tenu à préciser, est contenue aussi bien dans la partie préambulaire (paragraphe 14), qu’opérationnelle (paragraphe 7), ce qui démontre l’importance qu’il accorde pour mettre fin aux provocations et actes déstabilisateurs du Polisario, consécutivement aux mises en garde du Maroc”.
Et l’Ambassadeur Hilale de souligner: “Cela ne souffre aucune ambiguïté. Cette résolution, comme le dernier rapport du Secrétaire Général, balayent définitivement le mirage des soi-disant ‘territoires libérés’, entretenu par l’Algérie et sa création le Polisario.
Il a fait observer que l’engagement du Polisario auprès de l’Envoyé Personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Kohler, de ne plus retourner à Guergarate, ni transférer des structures à l’Est du dispositif de défense, est un aveu explicite de la supercherie de ces ‘territoires libérés’, sinon dans son seul imaginaire.
Au plan de la réaffirmation des paramètres, l’Ambassadeur, représentant permanent du Maroc à l’ONU a souligné que la résolution 2440 réaffirme les paradigmes adoptés par le Conseil de Sécurité depuis 2007, et particulièrement la 2414, qui appelle à une solution politique réaliste, pragmatique, durable et basée sur le compromis, ajoutant que cette dernière résolution réaffirme la prééminence de l’Initiative d’Autonomie comme seule solution à ce différend régional.
“Autre élément fondamental, a-t-il dit, le Conseil de Sécurité a réaffirmé sa position depuis 2001, sur la caducité du referendum, qui est définitivement mort et enterré.
M. Omar Hilale a, enfin, tenu à exprimer ses chaleureux remerciements au Secrétaire Général de l’ONU, M. Antonio Guterres, et à Son Envoyé Personnel, le Président Horst Köhler et leur réaffirmer l’appui constant du Maroc à leurs efforts pour le règlement définitif du différend régional sur le Sahara Marocain.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

01 novembre 2018

Le CS renouvelle le mandat de la MINURSO pour six mois et consacre la prééminence de l’initiative d’autonomie

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a prorogé, mercredi à une grande majorité de ses membres, le mandat de la MINURSO de six mois jusqu’au 30 avril 2019, consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Conseil de sécurité "décide de proroger le mandat de la Minurso jusqu’au 30 avril 2019", lit-on dans le texte de la résolution 2440 présentée par la plume américaine.

L’instance exécutive de l’Onu a consacré, encore une fois, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts “sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant dans le processus visant un règlement" du conflit du Sahara.

La résolution consacre, dans une première historique, l’Algérie en tant que partie principale au processus visant à trouver “une solution politique, réaliste, pratique et durable” à la question du Sahara.

À cet égard, la résolution insiste sur l’importance d’un engagement renouvelé “en vue de faire avancer le processus politique en préparation d’un cinquième round de négociations", et rappelle son "soutien à la recommandation contenue dans le rapport du 14 avril 2008 qui souligne que le réalisme et l’esprit de compromis (…) sont essentiels pour réaliser des progrès dans les négociations”.

Le texte appelle, dans ce cadre, à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue dans le but de faire avancer les négociations, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007 et le succès des négociations.

Le Conseil de sécurité reconnait, à cet égard, que “la concrétisation d’une solution politique à ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les États membres de l’Union du Maghreb Arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour la création d’emplois, de croissance et d’opportunités pour l’ensemble des peuples de la région du Sahel”.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

31 octobre 2018

La proposition marocaine d'autonomie au Sahara, une initiative "réaliste et généreuse" (Doyen argentin)

La Faculté de défense relevant du ministère argentin de la Défense annonce la mise en place d'un cycle d’études permanent sur le Royaume du Maroc
La proposition marocaine d'autonomie au Sahara est une initiative "raisonnable, réaliste et généreuse" qui permettra de régler ce conflit régional artificiel qui dure depuis plus de quarante ans, a affirmé Julio Spota, doyen de la Faculté de défense, relevant du ministère argentin de la Défense.
"Il s'agit d'une initiative généreuse susceptible de permettre à la population sahraouie de gérer ses propres affaires, sous souveraineté marocaine, et de garantir le respect de ses droits culturels", a-t-il déclaré à l'agence marocaine de presse (MAP), à l’issue d’une conférence académique donnée, la semaine dernière, dans cette faculté de Buenos Aires, par le professeur Adalberto Carlos Agozino.
Selon lui, l'initiative d'autonomie marocaine au Sahara peut être comparée à des expériences réussies dans de nombreuses régions du monde.
Avec cette proposition d'autonomie, le Maroc cherche à trouver une solution pacifique au conflit, qui repose sur la souveraineté du Royaume sur ses provinces du Sud et sur le respect de ses droits légitimes, a poursuivi, M. Spota, anthropologue et spécialiste des questions stratégiques, de défense et de sécurité.
Selon le doyen de la Faculté argentine de la défense, l’initiative marocaine au Sahara permettra de clore définitivement la page de ce conflit, et favorisera le retour des populations sahraouies séquestrées dans le camps de Tindouf dans leur patrie, le Maroc, pour s’engager dans le processus de développement et de prospérité que connaissent les provinces du Sud du Royaume.
La rencontre, organisée par la Faculté de défense en présence d’un parterre d'académiciens, de responsables du ministère de la Défense, d'experts en politique internationale et d'étudiants-chercheurs, a été l'occasion de mettre en évidence la pertinence du plan marocain d’autonomie au Sahara, de dévoiler la vérité sur le conflit qui n'a que trop duree, ainsi que sur les droits justes du Maroc sur ses Provinces du sud, a poursuivi le doyen, auteur du livre "El Indio Blanco".
Au terme de cette conférence académique, le doyen de cette faculté a annoncé la mise en place d'un "cycle d’études permanent sur le Royaume du Maroc" au sein de cet établissement afin de promouvoir les études et les recherches sur le Maroc en Argentine.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

30 octobre 2018

Air Arabia Maroc lance trois nouvelles lignes vers Dakhla

Le président du Conseil régional : le lancement de ces vols renforce les liaisons aériennes entre la région et d’autres villes et donne une nouvelle impulsion au développement socio-économique

La compagnie Air Arabia Maroc, leader du transport aérien à bas coût dans la région, a lancé, dimanche, officiellement trois nouvelles lignes reliant Dakhla à un nombre de villes du Royaume.
Ces vols hebdomadaires, dont 4 à destination de Casablanca et 3 vers Marrakech et Tanger, seront opérés par des Airbus A320 d’une capacité de 174 sièges.
Dans une déclaration à la presse, le président du Conseil régional Khattat Yanja a indiqué que le lancement de ces vols, fruit d’une convention entre le Conseil régional et la compagnie low cost, vise à renforcer les liaisons aériennes entre la région et d’autres villes, à donner une nouvelle impulsion à la promotion touristique et à réaliser le développement socio-économique dans cette partie du Maroc.
A travers de telles initiatives, le Conseil régional ambitionne de soutenir le développement local et de mettre en avant les atouts économiques et touristiques dont dispose la région, a-t-il relevé, notant que l’objectif est de drainer davantage d’investissements et d’augmenter les échanges entre Dakhla-Oued Eddahab et d’autres régions du Royaume et au-delà.
Pour sa part, Mme Mechbal a déclaré à la MAP que le lancement de ces lignes aidera à booster le tourisme domestique, à renforcer les services de transport aérien et à promouvoir les échanges commerciaux entre Dakhla-Oued Eddahab et les autres régions du Maroc.
Les prix fixés pour ces vols sont convenables (à partir de 500 dirhams), a souligné la directrice générale d’Air Arabia Maroc, ajoutant que le but est d’encourager les citoyens à visiter Dakhla, une ville de renommée nationale et mondiale, et à découvrir les potentialités naturelles, touristiques et culturelles de la région.
En outre, elle a fait observer que ces trois lignes ont été lancées avec l’appui du ministère du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, outre la direction du transport aérien.
De son côté, le délégué régional du tourisme, Daifallah Andour, a estimé que cette initiative aura un impact positif sur l’afflux de touristes sur la région, faisant savoir qu’il s’attend à une augmentation de 50% du nombre de visiteurs à la suite du lancement de ces vols.
La cérémonie de lancement officiel du vol inaugural de ces lignes a été organisée en présence notamment du Wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Lamine Benomar, du président du Conseil régional, Khattat Yanja, de la directrice générale d’Air Arabia Maroc, Leila Mechbal, en plus des élus et des représentants des services extérieurs.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

29 octobre 2018

Experts et ONG soutiennent le Maroc et dénoncent l’Algérie devant la 4ième Commission de l’ONU

Les travaux de la quatrième Commission des Nations Unies, qui se sont tenus récemment à New York ont été marqués par le nombre important d’interventions qui ont soutenu la position du Maroc dans le dossier du Sahara.

Outre la longue liste d’Etat qui ont soutenu l’initiative marocaine d’autonomie et le processus onusien de règlement, il y avait les experts et organisations non gouvernementales qui ont dénoncé les positions de l’Algérie et du Polisario en soutenant le Maroc.

Dans ce qui suit les principaux extraits de ces interventions :

Une association palestinienne appelle à adopter le plan d’autonomie comme solution à la question du Sahara marocain
Le président de l’Association d’amitié palestino-marocaine, Mohamed Ziyad al-Jabari, a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à adopter le plan d’autonomie comme solution au conflit sur le Sahara marocain. S’exprimant devant la 4è Commission de l’Assemblée générale des Nations-Unies, M. Al-Jabari a souligné que le dossier du Sahara “n’est pas une question d’occupation ou de colonisation, mais une question de parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume”, rejetant catégoriquement la propagande du Polisario avec le soutien de l’Algérie sur la situation au Sahara.
L’Union européenne réitère son appel à l’enregistrement de la population des camps de Tindouf
L’Union européenne (UE) a réitéré, devant la 4è Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, son appel à l’enregistrement par le Haut Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés (HCR) de la population des camps de Tindouf, en territoire algérien, tel que maintes fois demandé par le Conseil de sécurité. Le représentant de l’Autriche, qui faisait une déclaration au nom des pays de l’UE lors de l’adoption de la résolution de la Commission sur la question du Sahara marocain, a également souligné que l’Union européenne reste “inquiète” des implications du conflit du Sahara sur la sécurité et la coopération au niveau régional.
Une experte américaine dénonce les liens entre l’Iran et le Polisario
“Des organisations militaires comme le Hezbollah ont établi des camps d’entraînement dans les camps de Tindouf, dans le sud-ouest de l’Algérie, et cherchent en permanence à recruter les jeunes désespérés et vulnérables de ces camps, à des fins terroristes, de trafic de drogue, de contrebande et d’êtres humains”, a averti Susan Ashcraft, ancienne agent fédéral de l’Agence antidrogue des Etats-Unis (DEA),relevant, à cet égard, qu’un récent rapport publié par un centre de recherche international a documenté les ambitions régionales de l’Iran au Sahel et sa volonté de soutenir les milices du Polisario, “avec comme but ultime de déstabiliser la région et menacer l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc ”. “La menace était tellement grave que le Maroc a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Téhéran”, a-t-elle rappelé, affirmant que la présence du Hezbollah dans les camps de Tindouf constitue une grande urgence et rend indispensable une résolution rapide du conflit du Sahara.
Un expert international souligne l’illégitimité du Polisario à représenter les Sahraouis
L’expert et juriste international, Nykaky Lygeros, a mis l’accent, devant la 4è Commission de l’Assemblée générale des Nations-Unies, sur l’illégitimité du Polisario à représenter les Sahraouis, soulignant que la nature même de ce mouvement séparatiste est aujourd’hui remise en cause au niveau international. Evoquant l’échec cuisant subi par le Polisario et ses mentors en voulant contester en justice les accords agricoles et de pêche liant le Maroc et l’Union européenne, M. Lygeros a relevé que la Cour européenne de justice a purement et simplement rejeté la plainte du Polisario en s’appuyant sur le fait que ce mouvement n’est pas représentatif des populations sahraouies.
Un juriste islandais souligne la légalité de la gestion par le Maroc des ressources naturelles du Sahara
Le juriste islandais Steingrimur Saevarr Olafsson a mis en avant, devant la 4è Commission de l’ONU à New York, les arguments confirmant la légalité de la gestion des ressources naturelles du Sahara par le Maroc. “Le droit du Maroc sur les ressources naturelles est légal pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le fait que le Maroc est souverain sur la région et, partant, agit en conséquence au profit de ses populations”, a déclaré le pétitionnaire islandais dans son intervention dans le cadre du débat général.
Un expert africain souligne la responsabilité du Polisario dans la dégradation de la situation sécuritaire au Sahara
La responsabilité avérée du Polisario dans la dégradation de la situation sécuritaire pour les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, a été pointée du doigt à la 4è Commission de l’Assemblée générale des Nations-Unies, par l’expert et professeur universitaire malien, Youssef Coulibaly. “Le problème sécuritaire au Sahara est réel, il est même explosif et grave car touchant aux droits des populations sahraouies de Tindouf (…) qui vivent depuis les années 1970 dans l’insécurité et la privation”, a souligné devant la Commission M. Coulibaly, qui enseigne à l’université de Bamako. Selon lui, le Royaume du Maroc “est aujourd’hui le seul capable de garantir la sécurité et le bien être aux habitants du Sahara”.
Des activistes humanitaires internationaux s’indignent du détournement de l’aide destinée aux populations des camps de Tindouf
Eric Cameron, président de l’ONG norvégienne “World Action for Refugees”, a critiqué l’inaction qui entoure le triste sort des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, notant que des parties ont failli à leur responsabilité de venir en aide à ces populations en ne cherchant pas activement une solution politique, en l’occurrence à travers l’initiative marocaine d’autonomie qui garantit la bonne gouvernance et le respect des droits fondamentaux des populations. Il a pointé du doigt le détournement de l’aide humanitaire par des gens dépourvus de la moindre fibre morale et qui s’enrichissent au détriment des populations des camps auxquelles cette aide est destinée, qualifiant ces agissements de “crime odieux”.
Nancy Huff, présidente de l’organisation “Teach the Children International”, a rappelé le rapport publié par l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) en 2015 qui a révélé que pendant des années, de vastes quantités d’aide humanitaire destinée aux Sahraouis vivant dans les camps de Tindouf avaient été “détournées” et que ces détournements ont été opérés par et au profit de certains dirigeants du polisario. Mme Huff s’est dite persuadée que si des mesures simples avaient été prises pour mettre fin au vol de l’aide humanitaire, la question du Sahara aurait sans doute été réglée peu de temps après son déclenchement, il y a quatre décennies.
Donna Sams, d’”Antioch Community Church”, a rappelé qu’elle a effectué trois visites dans les camps, ce qui lui a permis de constater de visu que la population vivait dans des conditions de pauvreté. Les dirigeants actuels du Polisario ont pris l’initiative de collaborer avec des “Etats voyous et des entités malveillantes infiltrées dans la région, à l’intérieur et autour des camps de Tindouf”, a-t-elle ajouté, soulignant l’impératif de se rendre compte de la possibilité que la question non résolue du Sahara devienne un pôle d’attraction pour des pays et des dirigeants ayant un programme de guerre et de déstabilisation.
Un juriste international considère que L’affaire du Sahara est une question d’intégrité territoriale
La question du Sahara “ne peut nullement être considérée comme une question de décolonisation, mais plutôt comme une question de parachèvement de l’intégrité territoriale du Maroc”, a soutenu Miguel Angel Rodriguez Mackay, juriste à l’Institut péruvien de droit international et des relations internationales. Il a ainsi fait observer que cette question est traitée par le Conseil de sécurité comme un différend régional, et qu’aucune des résolutions de cet organe exécutif des Nations-Unies ne qualifie le Maroc comme étant “une puissance coloniale”, par référence à sa présence au Sahara.
Un juriste international met en exergue le rôle des Commissions régionales du CNDH au Sahara marocain
Le juriste français, Hubert Seillan, a mis en exergue, à New York, le rôle très concret joué par les instances de médiation et tout particulièrement les Commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) au Sahara marocain. Mettant en relief les mesures prises par le Maroc pour promouvoir la démocratie et les droits fondamentaux dans ses provinces du sud, l’observateur et expert international des droits de l’Homme a souligné devant la 4è Commission de l’Assemblée générale des Nations-Unies la très forte participation citoyenne des populations de ces provinces aux élections nationale, régionale et locale.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com