Les Sahraouis pour l'autonomie du Sahara occidental

18 juin 2018

En se rangeant du côté du Polisario, l’Afrique du Sud se met en contradiction avec les pays africains (journal sud africain)

Le Mail & Guardian, quotidien sud-africain à grand tirage, a critiqué, mardi, la position de l’Afrique du Sud concernant la question du Sahara, soulignant qu’en se rangeant du côté des séparatistes du Polisario, Pretoria se met en contradiction avec la majorité des pays africains.

Le soutien politique apporté par l’Afrique du Sud à la soi-disant rasd (entité fantomatique autoproclamée par les séparatistes du Polisario) met Pretoria en contradiction avec plus de la moitié des membres de l’Union africaine (UA), indique le journal dans une analyse du rôle que Pretoria est appelée à jouer après sa récente élection en tant que membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’Onu.

D’après le journal, la question du Sahara devra déterminer les relations entre les pays africains membres du Conseil de sécurité de l’Onu. Les trois pays africains membres de l’instance onusienne: la Côte d’Ivoire, la Guinée Equatoriale et l’Afrique du Sud, devront former un groupe intéressant à suivre, explique au journal Mme Liesl Louw-Vaudran, analyste de l’Institut des études sécuritaires (ISS, basé à Pretoria).

L’analyste, qui supervise l’élaboration du rapport sur le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA pour le compte de l’ISS, souligne que les relations entre ces trois pays au sein du Conseil de sécurité seront déterminées selon la position de chaque pays concernant le conflit régional du Sahara.

Abordant le rôle de l’Afrique du Sud au sein du Conseil de sécurité, Mme Louw-Vaudran relève que ce rôle dépendra de la capacité de ce pays à faire montre de flexibilité.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


14 juin 2018

La question du Sahara marocain est une question d’intégrité territoriale et non de “décolonisation” (Ambassadeur Hilale)

Intervenant lors de la session du Comité des 24 à New York, l’Ambassadeur, Représentant Permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies, M. Omar Hilale, a réaffirmé que la question du Sahara marocain est une question d’intégrité territoriale et nullement de “décolonisation”.

M. Hilale a ajouté que le Conseil de sécurité ne la considère pas comme une question de “décolonisation” mais un différend régional, qu’il traite sous le Chapitre VI de la Charte des Nations Unies, relatif au règlement pacifique des différends.

Dans sa déclaration, M. Hilale a exposé l’historique du recouvrement par le Maroc de ses provinces du Sud et souligné les fondamentaux de la solution du différend régional sur le Sahara marocain, qui ont été réaffirmés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’Assiste, dans le Discours Royal du 06 novembre 2017 célébrant le 42ème anniversaire de la glorieuse marche verte.

A cet égard, le diplomate marocain a indiqué notamment que la solution doit être dans le cadre de la souveraineté du Maroc, de son intégrité territoriale et de son unité nationale ; que le processus doit inclure toutes les véritables parties prenantes, qui ont été à l’origine de ce différend ; que le processus doit être sous l’égide exclusive des Nations Unies, conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité, sans aucune intervention d’aucune autre organisation régionale ou internationale et que le processus doit porter essentiellement sur la solution politique, loin de toutes les questions périphériques qui sont souvent intégrées dans les discussions pour dévier le processus de ses objectifs principaux.

Ces fondamentaux, a poursuivi le diplomate marocain, constituent désormais le référentiel du processus politique.

Abordant la résolution 2414 adoptée par le Conseil de Sécurité le 27 avril 2018, M. Hilale a indiqué que son paragraphe opérationnel 2 consacre les paramètres défendus par le Maroc, selon lesquels la finalité du processus politique est de parvenir à “une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis”, sans la lier nullement à l’autodétermination.

M. Hilale a exposé devant le C24, le modèle de développement des provinces du sud, lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2015, avec une enveloppe budgétaire de près de 8 milliards de dollars.

Il a mis en exergue les investissements publics colossaux dans tous les domaines, visant l’éclosion d’une économie locale viable et attractive, pouvant transformer le Sahara marocain en un trait d’union avec l’Afrique et un pôle régional de coopération, de prospérité et de paix dans le sous-ensemble régional du grand nord-ouest africain, l’objectif étant d’assurer un développement économique intégré, durable et créateur de richesses et d’emplois en faveur des populations locales.

L’Ambassadeur Hilale a insisté, une fois de plus, sur l’impératif de l’enregistrement des populations des camps de Tindouf et ce, conformément à la Convention de 1953 sur les réfugiés.

Il a, enfin, indiqué que le Royaume reste attaché au processus politique mené sous les auspices exclusives des Nations Unies et ce, sur la base des résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007, soulignant que la dernière résolution 2414 a réaffirmé la prééminence de l’Initiative marocaine d’autonomie considérée comme la solution sérieuse et crédible à ce différend régional.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

13 juin 2018

Soutien ferme et franc à l’Initiative marocaine d’autonomie au Comité des 24 de l’ONU

L’Initiative marocaine d’autonomie pour la région du Sahara a été fortement soutenue par une majorité d’Etats membres du Comité des 24, Organe subsidiaire de l’Assemblée générale des Nations unies. Cette Initiative, qualifiée de sérieuse et crédible par le Conseil de Sécurité depuis 2007, vise à parvenir à une solution politique négociée et définitive au différend régional sur le Sahara marocain.
Les Ambassadeurs et Représentants de Côte d’ivoire, de Sierra Leone, de Guinée, du Sénégal, du Gabon, de Grenade, de la Dominique, d’Antigua Barbuda, de Sainte Lucie, de Saint Kits et Nevis et de Papouasie Nouvelle Guinée ont exprimé, lors de la réunion annuelle du C24, tenue lundi au siège de l’ONU, le plein soutien de leurs pays respectifs au processus politique mené sous l’égide exclusive des Nations unies.
Ils ont souligné que les efforts de l’ONU visent à parvenir à une solution politique mutuellement acceptable et négociée au différend régional sur le Sahara marocain, avec la participation pleine et entière de toutes les parties, y compris les États voisins, et donc l’Algérie, comme le recommandent les résolutions du Conseil de sécurité.
Les ambassadeurs ont appuyé la récente résolution 2414 du Conseil de sécurité, adoptée le 27 avril 2018, qui a clairement affirmé la nécessité de progresser vers une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara marocain, fondée sur le compromis.
Les différents intervenants ont également réaffirmé que l’Initiative marocaine d’autonomie constitue effectivement la solution de compromis dont la prééminence, le sérieux et la crédibilité ont été consacrés dans toutes les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007.
Ils ont également ajouté que l’initiative est conforme au droit international, à la Charte des Nations Unies et aux résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale, soulignant qu’elle prend en compte les spécificités de la région, suit la logique du compromis et répond aux normes internationales les plus élevées en matière de dévolution des pouvoirs aux populations locales.
Les ambassadeurs se sont félicités du nouveau Modèle de développement du Sahara marocain lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2015, doté d’un budget de 8 milliards de dollars, afin d’améliorer le niveau de vie de la population de la région et de l’autonomiser, et se sont dits convaincus que ce modèle créera une nouvelle dynamique de développement et d’emploi, contribuera à la réalisation du développement global, à la valorisation de la dimension culturelle de la région, et à la mise en œuvre d’une gouvernance responsable au service de la démocratie locale.
Par ailleurs, les ambassadeurs se sont félicités de la tenue des élections régionales en septembre 2015, et des élections législatives en octobre 2016, au Sahara marocain. Ces élections, organisées de manière pacifique, transparente et démocratique, tel que souligné par l’ONU, ont permis aux populations du Sahara de choisir leurs représentants aux niveaux local et national, ont-ils indiqué.
Les ambassadeurs se félicitant de la participation, pour la première fois dans l’histoire du C24, des élus des provinces du Sud, en l’occurrence, M. Mhamed Abba, vice-président de la région Laayoune Sakia El Hamra et Mme Ghalla Bahiya, vice-présidente de la région Dakhla Oued Eddahab.
Ils ont salué les réalisations du Maroc au niveau de la promotion et de la protection des droits de l’Homme, notamment l’interaction du Maroc avec les mécanismes onusiens des droits de l’Homme et le rôle des commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme à Laayoune et Dakhla, tel que mentionné dans la résolution 2414 du Conseil de sécurité.
Les ambassadeurs ont, par ailleurs, appelé à l’enregistrement des populations des camps de Tindouf, conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

12 juin 2018

Communiqué conjoint de la visite officielle au Maroc du président nigérian

Sur les questions régionales et internationales, le Maroc et le Nigéria s’engagent à se concerter et coordonner leurs positions, y compris à l’Union africaine

Le Royaume du Maroc et la République Fédéral du Nigeria ont rendu public lundi un communiqué conjoint à l’issue de la visite officielle de travail et d’amitié effectuée les 10 et 11 juin dans le Royaume par le président nigérian, Son Excellence Muhammad Buhari, dont voici le texte intégral:
“Sur l’invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Son Excellence Muhammadu Buhari, Président de la République Fédérale du Nigeria, a effectué une visite officielle de travail et d’amitié – la première visite d’un Chef d’Etat Nigérian – au Royaume du Maroc, le 10 et 11 juin 2018.
Cette visite renforce les relations bilatérales positives entre le Maroc et le Nigeria depuis la visite royale à Abuja en décembre 2016. En tant que dirigeants de deux pays africains importants, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Buhari ont affirmé leur volonté de créer un modèle de coopération Sud-Sud.
Dans cet esprit, ils se sont félicités des progrès significatifs réalisés dans divers domaines de coopération, tels que l’agriculture, les engrais, les infrastructures énergétiques et l’exploitation minière.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Buhari ont noté avec satisfaction les étapes franchies et ont souligné leur engagement à poursuivre la mise en œuvre du gazoduc régional, qui devrait relier les ressources gazières du Nigeria et de certains pays d’Afrique de l’Ouest au Maroc et à l’Europe, favorisant ainsi l’intégration et le développement des pays de la région de l’Afrique de l’Ouest.
Les deux Chefs d’Etat ont également noté les progrès importants réalisés dans d’autres domaines de la coopération bilatérale, comme en témoigne l’accord conclu entre l’OCP du Maroc et l’Association des producteurs et fournisseurs d’engrais du Nigeria pour investir dans la production d’engrais; et le protocole d’accord entre l’OCP et la Nigeria Sovereign Investment Authority sur la création d’une plate-forme chimique de base, en particulier pour développer une importante usine de production d’ammoniac.
Sur la base de leur coopération exemplaire, les deux chefs d’État ont convenu de développer un partenariat dans le domaine de l’agriculture, notamment par la signature d’un accord de coopération en matière de formation professionnelle et de supervision technique.
Sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Muhammadu BUHARI ont confirmé leur volonté de se concerter et de coordonner les positions des deux pays dans les organisations régionales et internationales, y compris l’Union africaine.
Son Excellence le Président Buhari a félicité Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour l’élection du Maroc au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine. Il a également félicité Sa Majesté le Roi pour l’accomplissement de son mandat de leader africain sur les questions de migration, qui a abouti à la présentation de l’Agenda africain pour les migrations et à la création de l’Observatoire africain des migrations. Il a en outre rendu hommage à l’engagement personnel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour le développement durable en Afrique.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a félicité Son Excellence le Président Buhari pour son leadership dans l’initiative régionale contre le terrorisme dans la région du Lac Tchad et a salué ses efforts en tant que Leader de l’Union Africaine pour la lutte contre la corruption.
Dans l’esprit du mois sacré du Ramadan, les deux Chefs d’État ont souligné leur attachement à la modération, à la tolérance et à la coexistence pacifique, tels qu’ils sont enseignés par l’Islam. Ils ont exprimé leur profonde préoccupation au sujet de l’extrémisme violent, du terrorisme et de la persistance des menaces à la sécurité en Afrique. Ils ont affirmé leur volonté de renforcer la coopération en matière de déradicalisation en Afrique et au-delà.
À la fin de la visite officielle de travail et d’amitié, Son Excellence le Président Buhari, au nom de sa délégation, a exprimé sa profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, du Gouvernement et du peuple frère du Maroc”.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

11 juin 2018

Les Commissaires européens adoptent l’inclusion du Sahara marocain dans l'accord agricole entre le Maroc et l'UE

Le collège des Commissaires européens, a adopté, lundi 11 juin, l'échange de lettres qui inclut le Sahara marocain dans l'accord agricole entre le Maroc et l'Union européenne (UE), annonce la MAP en citant des sources auprès de la Commission européenne.
Il s’agit d’un pas important qui a été franchi depuis le début des négociations pour l’adaptation de l’accord agricole à la décision de la Cour de justice de l’UE, indique une source européenne à Bruxelles qui confirme que les produits de la région du Sahara seront inclus dans l’accord sans aucune entrave.
La même source souligne que les consultations inclusives qui ont eu lieu avec les représentants locaux, de la société civile et diverses entités et organisations concernées, ont dégagé un large soutien à la confirmation de l’inclusion des produits des provinces du sud dans l’accord, vu les avantages socio-économiques pour la population et l'économie de la région.
Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion du collège des commissaires, la Commission européenne précise que les documents approuvés seront ensuite adressés au Conseil de l’UE et au Parlement européen pour adoption.
Elle rappelle que le Maroc est "un partenaire clé" du voisinage sud avec lequel l’UE entretient des relations privilégiées qu’elle aspire à développer davantage dans plusieurs domaines.
Cette décision sera rendue publique dans la journée et sera partagée avec les Etats membres et le Parlement Européen, avant l’échéance de vote en vue de l’adoption de l’Accord.
Elle confirme que l’ensemble des produits originaires du Maroc, y compris ceux originaires du Sahara, bénéficient des préférences tarifaires convenues dans le cadre de l’Accord d’Association conclu entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne. Ainsi, les produits de la région du Sahara seront inclus dans l’Accord sans aucune possibilité de doute.
Dans ce document, la Commission européenne reconfirme que le Maroc est un partenaire majeur et estime que son partenariat avec le Royaume est un partenariat enrichissant et pluridimentionnel.
Selon des sources marocaines de haut niveau, la décision adoptée par le Collège des Commissaires confirme, de nouveau, que seul le Royaume du Maroc peut conclure des Accords internationaux comprenant le Sahara. Le Royaume assure, également, à travers les autorités douanières nationales, la mise en œuvre des concessions tarifaires accordées, sur la base de règles et de procédures identiques à celles prévues dans l’Accord d’Association Maroc-UE.
Cette décision, prise suite à l’arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016, souligne que l’extension de l’accord aux produits du Sahara est conforme à la politique commerciale de l’UE , aux objectifs généraux de la Politique Européenne de Voisinage PEV et à la politique globale de l’Union à l’égard du Royaume.
Le Collège des Commissaires a également adopté un rapport sur le bénéfice socio-économique de l’accord, élaboré par la Commission Européenne et le SEAE, qui s’est basé sur un processus de consultations nationales, tant au niveau des deux Chambres du Parlement et au niveau des régions, qu’un niveau de la société civile.
La Commission Européenne confirme que ces consultations ont montré qu'il y a un grand appui à l'accord. En effet, elle a conclu, notamment, que la population des provinces du sud, qui profite pleinement des retombées positives de l’Accord, est en faveur de la confirmation des préférences commerciales aux produits des provinces du sud, car c'est un véritable levier pour renforcer les standards socio-économiques de la région, notamment en matière d’investissement privé et qui conforterait le nouveau modèle de développement des provinces du Sud.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


08 juin 2018

Le Polisario ne réussit pas à tromper le Parlement européen

Le Polisario, une entité qui n’a ni identité légale, ni personnalité juridique qu’aucun État membre ne reconnait et qui a perdu son procès puisque la cour lui a demandé de payer les coûts

Ironie du sort. Ce qui était annoncé par des affiches et des tracts distribués sous le manteau comme une «grande conférence-interparlementaire » pro-Polisario a viré au cauchemar pour les ennemis de l’intégrité territoriale et la poignée d’eurodéputés qui les soutiennent.

Dans une salle où le Polisario a rameuté, jeudi, stagiaires, étudiants et quelques vieux sympathisants désœuvrés en guise de figurants pour montrer qu’il y avait foule, les cérémoniaires d’une rencontre organisée, jeudi au Parlement européen à Bruxelles, ont été surpris de voir le représentant du Service européen pour l’Action extérieure (SEAE), aller aux antipodes de leurs thèses fallacieuses, en faisant prévaloir le droit, le réalisme et le bon sens, au point où ils ont regretté de l’avoir invité.

Sous le regard effaré de quelques sbires algériens qui veillaient au grain, le représentant de l’organe qui régit, sous la houlette de Mme Federica Mogherini, les relations diplomatiques de l’UE avec les pays non membres et mène la politique étrangère et de sécurité de l’Union, n’y est pas allé par quatre chemins.

Répondant aux allégations sur l’accord agricole et celui de la pêche entre le Maroc et l’Union européenne, Vincent Piket, chef de la division des pays du Maghreb au SEAE, a affirmé que la Cour de justice de l’UE n’a à aucun moment donné raison au Polisario.

«Non. Contrairement à ce que le Polisario considère comme une victoire morale. Il a perdu et la cour lui a demandé de payer les coûts de la procédure». Les accords restent valables du point de vue du droit européen et du droit international, a-t-il expliqué.

M. Piket a rappelé que l’UE entretient des relations avec le Maroc et ne peut en aucun cas signer des accords avec «une entité qui n’a pas d’identité légale, qui n’a pas de personnalité juridique et qu’aucun État membre ne reconnait».

«Le Polisario n’est pas le seul représentant des populations sahraouies. Il n’est pas reconnu par les États membres. C’est une réalité et un fait politique que l’on ne peut pas nier», a tranché le responsable européen.

Il a précisé que dans le cadre du processus d’adaptation de l’accord agricole et de renouvellement de l’accord de pêche, la Commission européenne, « qui a obtenu mandat à l’unanimité du Conseil de l’UE », organe décisionnel suprême des États membres, a mené des consultations avec un large éventail des représentants des populations locales, notamment les élus, la société civile et les différents acteurs concernés.

Le responsable européen a par ailleurs tenu à souligner l’exclusivité des Nations unies dans le traitement de la question du Sahara et réitéré la position de l’UE qui consiste à ne pas interférer dans ce dossier.

«Il s’agit d’une question qui ressort de la compétence exclusive de l’ONU et l’UE ne se prononcera pas sur cette question», a souligné M. Piket.

Inutile de décrire l’ambiance qui a régné dans la salle après cette intervention du représentant du département de la diplomatie de l’Union européenne.

Le député Ivo Vajgl, maitre de cérémonies invétéré des activités des séparatistes au Parlement européen, qui présidait la séance, s’est lancé dans une diatribe furieuse contre la Commission européenne qui sert selon lui «les intérêts mercantiles” de certains États membres, tandis que des intervenants, voulant justifier leur per diem, ont embrayé sur les sujets érodés d’«exploitation de ressources naturelles», des “droits de l’homme au Sahara” ou encore «le référendum d’autodétermination» qui ne fait plus partie du lexique des Nations unies.

Par contre, ils n’ont dit aucun mot sur l’Algérie qui finance, arme et héberge sur son territoire à Tindouf les séparatistes du Polisario et bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

05 juin 2018

Le PPE ne cautionne pas la position d’une association de ses jeunes au sujet du Sahara

Le Parti populaire européen (PPE), première force politique au Parlement européen a apporté, lundi, un démenti cinglant au contenu d’un document adopté par des membres d’une association de ses jeunes au sujet de la question du Sahara.


«Suite à la publication de la résolution par l’association des jeunes (YEPP) sur le Maroc, Joseph Daul, le Président du Parti populaire et Antonio Lopez-Isturiz, le Secrétaire général du parti, ont tenu à prendre leurs distances avec cette position», lit-on dans un communiqué publié par le PPE.

«Nous regrettons la position adoptée par YEPP, qui ne reflète en aucun cas celle du PPE. Nous allons demander des clarifications sur l’adoption d’un document qui est en contradiction avec la ligne du parti», ont tenu à préciser les deux leaders de cette formation politique dans leur communiqué.

Les deux responsables du PPE ont réitéré le soutien de leur parti à une solution juste, durable et respectueuse de toutes les parties prenantes, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Ils relèvent que «le Maroc est un partenaire fiable pour garantir la sécurité de chaque côté des rives de la Méditerranée, surmonter le défi de la migration, renforcer nos échanges commerciaux ou combattre ensemble le changement climatique», notant que c’est «dans cette perspective que le PPE développe des liens privilégiés avec des partis qui partagent nos valeurs au Maroc et nous espérons approfondir ces relations à l’avenir”.

De son côté, le président de la jeunesse du PPE Andrianos Giannou a lui aussi pris ses distances par rapport à ce texte adopté par certains membres (7 voix), soulignant dans une déclaration rendue publique à Bruxelles, qu’il sera entièrement reconsidéré lors de la prochaine réunion du Conseil de l’organisation, conformément à la ligne politique du parti et en appui des efforts du Secrétaire général des Nations Unies à la recherche d’une solution politique consensuelle à la question du Sahara.

Il a affirmé s’être rendu au Maroc deux fois cette année et y avoir tenu des rencontres avec les jeunes de certains partis politiques marocains, notant que sa vision de longue date consiste à soutenir un partenariat fort entre l’Union européenne et le Maroc pour relever les défis communs.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

01 juin 2018

La Chambre des députés brésilienne invalide une manœuvre pour constituer un comité pro-Polisario

La Chambre des députés brésilienne a déclaré nulle et invalide une manœuvre pro-Polisario ourdie par des milieux hostiles au Maroc qui voulaient créer un «front parlementaire» en soutien au Polisario.

Alors que l'Initiative marocaine d’autonomie pour ses provinces du Sud vient de recueillir un soutien franc et massif au Congrès brésilien, après la signature par une majorité de députés d’une motion d’appui aux efforts entrepris par le Royaume, une riposte aussi louche que malvenue a été ourdie par ces milieux hostiles à l'intégrité territoriale du Royaume.

Sentant bien la machination, plus de quarante députés ont purement et simplement retiré leur signature de ladite manœuvre, laquelle est désormais frappée de nullité, tandis que des dizaines d’autres ont engagé les démarches juridiques internes pour retirer leur signature.

Le président de la Chambre basse du Congrès brésilien, Rodrigo Maia, a, par ailleurs, formalisé l’invalidation de cette manœuvre par le biais d’un acte officiel en date du 29 mai.

Afin de mettre le Congrès brésilien à l'abri de toute éventuelle manœuvre de la sorte, M. Maia a expressément souligné que la constitution de Fronts parlementaires concernant des questions internationales doit uniquement porter sur des thèmes ayant un lien direct avec le renforcement de la législation interne du pays.

En d’autres termes, d’un point de vue juridique, toute demande de créer une quelconque initiative en faveur du Polisario sera frappée d’irrecevabilité. Le 9 mai dernier, la Chambre basse du Congrès avait adopté, à la majorité de ses membres, une motion de soutien à l'initiative marocaine d'autonomie et aux efforts du Royaume en vue de parvenir à une solution politique au différend artificiel autour du Sahara marocain.

En vertu de ce document, les députés avaient demandé «une expression officielle du Parlement brésilien en soutien à l'initiative d’autonomie proposée par le Maroc pour le Sahara, et ce dans le respect de son intégrité territoriale et de sa souveraineté nationale».

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

31 mai 2018

Daily Express: La collusion Iran-Polisario source de “préoccupation” pour Londres

L’Iran, via ses Gardiens de la révolution islamique, finance, forme et arme les milices du polisario, des manœuvres qui suscitent l’inquiétude et les préoccupations de la Grande-Bretagne, souligne le journal britannique “Daily Express”.

Dans un article publié sur son site Internet, “Daily Express”, qui cite dans ce cadre le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des communes, Tom Tugendhat, indique que pendant 30 ans, les Gardiens de la révolution islamique ont «agressé» des pays alliés du Royaume-Uni.

Téhéran fait déjà l’objet de sévères condamnations au niveau international pour ses interférences dans les conflits en Syrie, au Liban et en Irak, écrit le journal britannique.

Par ailleurs, “Daily Express” souligne que le président américain, Donald Trump, accuse les Gardiens de la révolution islamique de mener des actions au Moyen-Orient, précisant que ces manœuvres iraniennes étaient une des raisons qui ont amené les Etats-Unis à se retirer de l’Accord nucléaire avec l’Iran.

La mort de dizaine de soldats britanniques dans le sud de l’Irak a été également attribuée aux forces iraniennes, qui ont aidé les rebelles chiites à fabriquer des engins explosifs dévastateurs, poursuit-il.

Le quotidien britannique fait un lien entre le financement par l’Iran du polisario et son ingérence dans les affaires internes de plusieurs pays et sa demande faite aux puissances européennes d’acheter le pétrole iranien après les menaces de nouvelles sanctions des Etats-Unis après leur retrait de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Ayatollah Khamenei a menacé de reprendre les activités nucléaires si les pays européens n’accèdent pas à la demande de son pays, écrit le journal.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

30 mai 2018

L’Iran étend ses opérations au-delà du Moyen-Orient en entrainant et en finançant le Polisario

L’Iran a étendu ses opérations au-delà du Moyen-Orient en ouvrant un nouveau front en Afrique du Nord, par l’entrainement et le financement du Polisario, rapporte le quotidien britannique à grand tirage, “The Sun”.

Dans un article publié sur son site Internet, la publication britannique précise que Téhéran est accusé d’entrainer et d’armer les milices du Polisario, voyant dans ces manœuvres, une tentative d’ouvrir un nouveau front dans son combat contre les Occidentaux.

Menés par les unités militaires iraniennes de la brigade Al Qods, ces agissements interviennent après le chaos que Téhéran a semé au Moyen-Orient, en attisant les conflits en Syrie, au Liban et en Irak, rappelle le quotidien.

Ce genre d’informations est “préoccupant” notamment pour le Downing Street (bureau du Premier ministre britannique), note “The Sun”, qui rappelle que la brigade Al Qods, faiseur de trouble au Moyen-Orient, était une des trois raisons qui ont poussé les Etats-Unis à se retirer de l’Accord nucléaire avec l’Iran, comme l’a annoncé le président américain Donald Trump.

La mort de dizaine de soldats britanniques dans le sud de l’Irak a été également attribuée à cette unité secrète, qui a aidé les rebelles chiites à fabriquer des engins piégés dévastateurs, poursuit le quotidien.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com