Les Sahraouis pour l'autonomie du Sahara occidental

27 juillet 2017

Laâyoune: Lancement de la 3ème phase du programme "vacances pour tous" au titre de l’année 2017

La 3ème phase du programme "Vacances pour tous", initié par le ministère de la jeunesse et des sports, a démarré mardi à Laâyoune, sous le signe "Les colonies de vacances, espace d’éducation et de création".

Selon le directeur régional de la jeunesse et des sports, Mohamed Boulssane, la troisième étape de ce programme bénéficiera au niveau de la province de Laâyoune à 1.000 enfants appartenant à 14 associations et organisations de scoutisme dans la province.

Dans une déclaration à la MAP, M. Boulssane a indiqué que les participants à cette étape seront répartis sur divers centres d’estivage relevant du ministère de la jeunesse et des sports et du département de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Aux dires de ce responsable, les colonies de vacances offrent un espace pour la consécration des valeurs de citoyenneté auprès des jeunes générations, ainsi qu’une occasion permettant aux enfants de la région de découvrir d’autres sites d’estivage et de rencontrer leurs homologues dans d’autres régions du Royaume.

Pour sa part, le chef de la division de l’action sociale à la wilaya de Laâyoune-Sakia-El Hamra, Zaoui Belkhir, a mis en avant les efforts déployés au profit des enfants de la région dans le cadre des colonies de vacances, à la faveur des efforts consentis par l’ensemble des intervenants.

M.Belkhir a fait savoir qu’une enveloppe budgétaire de près de 6 millions DH a été consacrée au programme de colonies de vacances dans la province de Laâyoune, notant que ce montant a été financé par l’Initiative nationale pour le développement humain, la wilaya de la région et les conseils élus, en plus de la contribution du ministère de la jeunesse et des sports qui prend en charge l’hébergement et la restauration des enfants bénéficiaires du programme.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


25 juillet 2017

L'importation des produits du Sahara est légale et ne s’oppose pas à la légalité internationale (ministère danois des AE)

Le ministère danois des Affaires étrangères a souligné que l’importation des produits du Sahara est légale et ne remet pas en cause la légalité internationale, dès lors que les populations du Sahara bénéficient directement des ressources de cette région.

"L’importation des produits du Sahara est légale et ne remet pas en cause la légalité internationale, les populations du Sahara bénéficiant directement des ressources de leur région", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Anders Samuelsen, cité dans un document de son Département.

Cette déclaration est intervenue dans l’enceinte du Parlement européen et a été réitérée dans le cadre d’une session de travail du Parlement danois, le lundi 17 juillet, a précisé la même source.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

24 juillet 2017

Mitu Monteiro remporte à Dakhla le championnat mondial de Kitesurf

kite dakhla

Le rider capverdien, Mitu Monteiro, a remporté à Dakhla, le championnat mondial de Kitesurf ''Prince Moulay El Hassan GKA Kite-Surf World Tour Dakhla 2017’’, tenu sous le haut patronage du roi Mohammed VI.

Après une semaine de rude compétition face à de grands noms de kitesurf, Mitu Monteiro a triomphé avec 1000 points, dépassant l’australien Keahi de Aboitiz ( 900 points ) et le portugais Paulino Pereira ( 810 points) , arrivé lui, 3ème .

Content et fier de sa victoire, le champion capvérdien a déclaré que "Cette victoire est d’autant plus importante qu’elle est acquise à Dakhla, au sud du Maroc, en terre africaine’’.

Tout en se disant content et fier de participer à ce championnat et de ‘’se retrouver chez lui au Maroc’’, il a mis en avant la bonne organisation et l’ambiance conviviale ayant marqué cette compétition.

Une trentaine de riders venus des quatre coins du monde se sont affrontés au fil des épreuves de kitesurf lors de ce 8è championnat mondial qui avait démarré mardi dernier à plage de Foum Labouir, dans les environs de Dakhla.

Les jeunes riders marocains Ismail Aderzan et Mohamed Ali Baqqali avaient suscité l’admiration du public lors de ce championnat.

Organisé par l’Association lagon Dakhla et la GKA (Global Kitesports Association), ce championnat est devenu un grand rendez-vous annuel pour tous les adeptes des sports de glisse à travers le monde.

Parallèlement à la compétition officielle, des sessions d’initiation au Kitesurf animées par des riders et des moniteurs spécialisés, ont été organisées au profit des jeunes et des enfants de la région sur la plage de Foum Labouir.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

19 juillet 2017

Affaire Gdim Izik: Des peines allant de deux ans de prison ferme à la perpétuité

cour

La Chambre criminelle près la Cour d'appel à Salé a prononcé, mercredi, des peines allant de deux ans de prison ferme à la perpétuité à l'encontre des accusés dans les événements liés au démantèlement du camp de Gdim Izik.

La cour a ainsi condamné à la prison à perpétuité Abhah Sidi Abdellah, Al Ismaïli Ibrahim, Bani Mohamed, Boutankiza Mohamed Lbachir, Laâroussi Abdeljalil, Lakhfawni Abdallah, Lamjid Sidi-Ahmed et Sbaï Ahmed.

Les accusés Asfari Ennaama, Banga Chikh, Bouryal Mohamed ont écopé de 30 ans de prison ferme, et Dah Hassan, Boubit Mohamed Khouna, Faqir Mohamed, Haddi Mohamed Lamine et Zaoui Lahcen d'une peine de 25 ans d'emprisonnement.

La cour a également condamné à 20 ans de prison ferme Toubali Abdellah, Tahlil Mohamed et Khadda Lbachir , à 6 ans et demi de prison ferme Dich Eddafi, à 4 ans et demi de prison ferme El Bakkay Laarbi et à 2 ans de prison ferme Almachdoufi Ettaki et Zayyou Sidi Abderrahman.

Le tribunal a, en outre, décidé d’abandonner les poursuites contre certains accusés pour "constitution d'une bande criminelle" et de les poursuivre pour le reste des crimes avec l’adaptation des actes, objet de poursuite, à l’encontre d’autres prévenus et les poursuivre pour "violences contre les forces publiques lors de l'accomplissement de leur fonction ce qui a entraîné des blessures".

La Cour a décidé le transfert des fonds saisis au profit de l'État et la destruction des autres objets saisis. En outre, la Cour n'a pas accédé aux requêtes civiles sur la forme et a décidé que la partie civile supporte les frais y afférents.

Les accusés ont été poursuivis pour "constitution de bandes criminelles et violences sur les forces de l’ordre ayant entraîné la mort avec préméditation, mutilation de cadavres et complicité", chacun en ce qui le concerne.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

18 juillet 2017

Une ONG espagnole dénonce la manipulation des enfants à des fins politiques par le Polisario

camp-sahraouis-tindouf

Le Forum Canario-Saraoui (Focasa), une ONG espagnole basée aux Iles Canaries, a dénoncé "la manipulation immorale" par le Polisario des enfants "à des fins politiques" lors des vacances d’été chez des familles d’accueil en Espagne.

Le programme des vacances des enfants des camps de Tindouf en Espagne, dont l’objectif est de leur permettre de fuir temporairement les dures conditions dans les camps "a été petit à petit perverti à des fins politiques par les dirigeants Polisario", met en garde Focasa dans un communiqué.

Dès leur arrivée, ces enfants sont mêlés dans plusieurs régions du pays ibérique à des marches et des manifestations avec des pancartes et des slogans à connotation politique, en leur faisant croire qu’il s’agit d’événements festifs, déplore l’ONG canarienne.

Focasa fait savoir, à cet égard, que "certaines familles d’accueil ont emmené, le 8 juillet, des enfants pour profiter, dans un parc à Las Palmas, d’un événement en principe à caractère ludique, mais il s’est avéré être un meeting politique du front Polisario".

A Séville aussi, des enfants des camps de Tindouf ont été placés à la tête d’une marche de propagande en faveur des séparatistes, indique encore la même source.

Focasa critique cette manipulation "obscène et immorale des enfants", en les faisant participer à des actes dont ils devraient être exclus, qualifiant cette démarche de "délit et de violation flagrante des droits des mineurs".

Le Forum dénonce aussi l’implication de certaines familles d’accueil espagnoles dans cette stratégie totalitariste du Polisario.

Le programme dit "vacances en paix" consiste à envoyer chaque année des groupes d’enfants des camps de Tindouf vers les pays où les séparatistes comptent un certain nombre de sympathisants parmi la société civile qui les accueille.

Ensuite, c’est aux instructeurs du Polisario de faire en sorte que ces prétendues colonies de vacances soient transformées en une véritable campagne de propagande et de collecte de fonds au profit des séparatistes.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


17 juillet 2017

Affaire “Cherry Blossom” : La posture “contreproductive” de l’Afrique du sud “encourage la piraterie” (Michael Rubin)

La décision de la justice sud-africaine d’ordonner la saisie conservatoire du navire “Cherry Blossom” transportant une cargaison de phosphate en provenance de Phosboucraa est un acte “contreproductif”, “motivé idéologiquement”, qui porte en lui des risques incalculables “encourageant la piraterie”, écrit l’expert américain Michael Rubin, dans une analyse publiée par l’influent think-tank US, American Entreprise Institute (AEI).

“La posture manifestement idéologique de l’Afrique du sud et de son système judiciaire menace de créer un dangereux précédent en matière de droit international, cherche à rétribuer ceux qui veulent semer la terreur et encourage, dans les faits, la piraterie”, souligne M. Rubin, conférencier au “Naval Postgraduate School’s Center for Civil-Military Relations”, et membre distingué de l’AEI, dans cette analyse intitulée : “Pourquoi l’Afrique du sud embrasse-t-elle la piraterie et rétribue la terreur ?”.

Michael Rubin développe, dans ce sens, que “Pretoria propose de s’engager dans une entreprise mal-informée et contreproductive à bien des égards”, en rappelant que pas moins de 100 pc des bénéfices de Phosboucraa sont réinvestis au profit des populations locales. De plus, précise-t-il, l’exploitation de Phosboucraa “se fait dans le strict respect du cadre juridique défini par les Nations Unies et le droit international relatif aux ressources naturelles”.

Il serait judicieux de noter, affirme Michael Rubin, que l’Afrique du sud n’est en aucun cas motivée par une quelconque défense du droit international ou des sahraouis qui, au demeurant, jouissent d’une liberté totale dans leur pays le Maroc, mais bien par “la réactivation du populisme et du marxisme qui n’ont engendré que ruines et chaos pour les pays de la région”.

Au lendemain de l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 2351 réitérant l’appel aux parties en faveur d’un règlement de la question du Sahara “sans conditions préalables et de bonne foi”, le polisario adresse une requête à un juge sud-africain qui a ordonné la saisie conservatoire de la cargaison transportée par “Cherry Blossom”, fait observer l’auteur de l’analyse.

Démontrant l’ampleur de l’erreur de jugement commise par l’Afrique du sud, Michael Rubin a relevé que l’Union Africaine a réaffirmé que les Nations Unies demeurent l’unique cadre en vue de la résolution du conflit du Sahara.

Le Groupe OCP avait, dans un communiqué rendu public mercredi, souligné qu’en décidant de renvoyer l’affaire du navire “Cherry Blossom” au fond, la cour sud-africaine rend une décision éminemment politique et commet un grave abus de pouvoir, dénonçant “une grave ingérence politique”.

OCP et sa filiale Phosboucraa dénient à la cour sud-africaine toute légitimité à se prononcer sur le fond d’une affaire suivie au plus haut niveau international, ajoutait-on de même source.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

14 juillet 2017

Le comité de pilotage du programme de développement des provinces du Sahara visite la région

_COR0154

Le comité de pilotage du programme intégré de développement des provinces du Sud du Royaume effectuera une visite de terrain dans la région pour s'arrêter sur l’état d’avancement de ce chantier et les difficultés rencontrées, a indiqué, jeudi à Rabat, le chef du gouvernement, M. Saâd Eddine El Othmani.

M. El Othmani s'est félicité, lors du conseil de gouvernement réuni aujourd'hui, de la réunion dudit Comité de pilotage de ce programme lancé par le Roi pour une enveloppe budgétaire de 77 milliards de dirhams, a fait savoir le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi lors d'un point de presse tenu au terme de la réunion du Conseil.

A cette occasion, le chef du gouvernement a salué les ministres ayant effectué des visites de terrain dans plusieurs régions en vue de s'informer de l’état d’avancement des programmes de développement et d'entrer en contact avec les citoyens, a ajouté M. El Khalfi.

Le Chef du gouvernement a annoncé le lancement prochainement d'un programme de visite dans les régions et de communication avec les conseils régionaux et provinciaux pour s’informer des différents projets de développement et prendre connaissance des secteurs économiques les plus importants et ce, en vue de garantir un développement équitable dont priorité sera accordée aux régions les plus vulnérables, a-t-il poursuivi.

Ce programme débutera par la visite de la région Béni Mellal-Khénifra, en présence de ministres concernés par les programmes de développement, a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

12 juillet 2017

Gdim Izik : L'examen de l’affaire va reprendre le 18 juillet

gdeimizik

La chambre criminelle près l’annexe de la Cour d’appel à Salé a décidé, mardi 11 juillet, de reprendre l’examen de l’affaire des événements de Gdim Izik, mardi prochain, 18 juillet 2017, a indiqué le Procureur général du Roi près la Cour d’Appel à Rabat, Hassan Daki.

L’audience de mardi a été consacrée à la poursuite de la réplique du parquet aux plaidoiries de la défense des accusés, qu’il a axée sur 22 points portant essentiellement sur la jurisprudence de la Cour de cassation qui affirme que les juridictions de fond ne sont pas tenues de préciser l’acte matériel commis par chacun des accusés, en cas d’auteurs multiples d’homicide, et sur le fait que les mis en cause n’ont pas été poursuivis pour crime de séquestration devant le tribunal militaire du fait qu’aucun élément de la force publique n’a été victime d’un tel acte, a précisé M. Daki lors d’une déclaration à la presse.

Le parquet a expliqué qu’il a évoqué les antécédents judiciaires de certains accusés, non pas pour prouver leur récidive, mais plutôt pour démontrer le danger qu’ils représentent, ce qui rend inadéquat l’exception de non-présentation des fiches n°2, a fait savoir, M. Daki.

Il a également noté que le fait de ne pas juger les mis en cause pour attroupement non-autorisé par le tribunal militaire, n’empêche pas de les poursuivre pour les crimes commis durant la dispersion de ce rassemblement, conformément à l’article 23 du Dahir relatif aux rassemblements publics.

De même, l’exception sur le caractère non-décisif des conclusions des rapports médicaux est non-fondée et se heurte à l’obligation pour la commission médicale de se conformer aux critères fixés par les conventions internationales, notamment le Protocole d’Istanbul, soutient le Ministère public, qui a conclu en confirmant le contenu de son réquisitoire, appuyé par le mémoire qu’il a produit lors de précédentes audiences.

Ensuite, la parole a été donnée à la défense de la partie civile pour sa réplique, qu’elle a entamée en saluant le traitement professionnel accordé par la défense des accusés à l’affaire, ainsi que le plaidoyer de cette dernière qui “honore la profession”.

La défense de la partie civile a, de même, souligné que la jurisprudence pénale a, certes, instauré le principe de la présomption d’innocence, mais aussi celui contre l’impunité, relevant que la Cour de cassation, en cassant le jugement du tribunal militaire pour ne pas avoir précisé les éléments constitutifs du crime prévu dans l’article 267 du Code pénal (CP), n’a pas statué sur les faits pouvant être requalifiés (sur la base de l’article 432 du Code de procédure pénale), en les crimes prévus dans l’article 201 et suivants du CP.

Le procureur du Roi a expliqué, qu’en exécution de l’ordre de la Cour, le greffier s’est dirigé vers le local destiné aux détenus dans le siège de la Cour afin de donner lecture au PV de l’audience devant les mis en cause, mais ils l’ont interrompu, encore une fois, en refusant de l’écouter ce qui l’a empêché d’accomplir convenablement sa mission, ajoutant que ce dernier s’est, ensuite, dirigé vers l’établissement pénitentiaire pour informer les autres accusés sur le déroulement de l’audience.

M. Daki a, par ailleurs, relevé que les accusés en état d’arrestation ont été ramenés pour comparaître à cette audience, sauf deux d’entre eux qui ont produit des certificats médicaux établis par le médecin de l’établissement pénitentiaire.

De même, ont comparu à cette audience les deux accusés poursuivis en état de liberté, les avocats commis d’office pour défendre les accusés, et la défense de la partie civile, a-t-il ajouté, indiquant que les mis en cause poursuivis en état d’arrestation ont refusé de rejoindre la salle d’audience pour comparaître devant la Cour, laquelle a décidé de poursuivre l’examen de l’affaire en leur absence, conformément aux dispositions de l’article 423 du Code de procédure pénale, et de les informer à la fin de l’audience du déroulement du procès, à travers le greffier.

Le procureur du Roi a également souligné que toutes les mesures ont été prises pour faciliter l’accès de toute personne désirant assister à ce procès, suivi par certains proches des victimes et des accusés, des observateurs et des médias nationaux et étrangers.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

11 juillet 2017

Le gouvernement adopte une loi qui intègre explicitement les eaux du Sahara au domaine maritime du Maroc

Le conseil de gouvernement, réuni jeudi, a adopté deux projets de lois et un projet de décret relatifs au domaine maritime du Maroc, pour cimenter la tutelle juridique du Maroc sur ces eaux et barrer la route à toutes les allégations remettant en cause la souveraineté du Royaume sur cet espace.

Présentés par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, ces textes visent à inclure l'espace maritime faisant face aux côtes du Sahara marocain dans l’arsenal juridique national, pour cimenter la tutelle juridique du Maroc sur ces eaux et barrer la route à toutes les allégations remettant en cause la souveraineté du Royaume sur cet espace, a indiqué le ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d'un point de presse à l’issue du conseil de gouvernement.

Ils visent également à actualiser et à compléter les coordonnées géographiques relatives aux lignes de base et aux lignes de fermeture de baies sur les côtes marocaines, sur la base de données scientifiques nouvelles, de sorte à permettre au Maroc de délimiter ses eaux territoriales de manière plus précise et plus conforme aux dispositions du droit international de la mer, en perspective du dépôt du dossier final de demande d’extension du plateau continental.

Ces textes ont également pour but de délimiter la zone économique exclusive au large des côtes des provinces du sud du Royaume et de l’incorporer, clairement, dans l’arsenal juridique national. Il s’agit également d’abroger le recours à la ligne médiane comme seul repère de la démarcation des frontières maritimes et d’introduire le principe de l’équité qui est plus conforme aux intérêts du Maroc et plus compatible avec le droit international.

Le Conseil de gouvernement a ainsi adopté le projet de loi 37-17 modifiant et complétant le Dahir portant loi 1-73-211 du 26 moharrem 1393 (2 mars 1973) fixant la limite des eaux territoriales.

Ce projet vise à adapter le texte modifié et complété aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, adoptée à Monte-go Bay en 1982, ce qui permettra au Maroc, à travers l’usage de technologies sophistiquées, de procéder aux opérations techniques relatives à la délimitation des lignes de base au large de la mer territoriale du Maroc, de la zone économique exclusive et du plateau continental.

Ce texte revêt une dimension souveraine, vu qu’il intègre l’espace maritime faisant face aux côtes du Sahara marocain dans l’arsenal juridique national.
Le Conseil de gouvernement a également adopté le projet de loi 38-17 modifiant et complétant la loi 1.18 instituant une zone économique exclusive de 200 milles marins au large des côtes marocaines.

Ce texte vise à adapter la loi 1.18 aux dispositions de la Convention des Nations-Unies sur le droit de la mer de Monte-go Bay ainsi qu’aux pratiques internationales en vigueur en matière de délimitation des eaux territoriales, à travers l’amendement des articles 1 et 11 à l'effet de parvenir à une délimitation en combinant toutes les possibilités qu’offrent ladite convention.

Ce projet de loi peut faire foi d’une base à toute négociation sur un quelconque accord. Il stipule également le changement de l’intitulé de la loi 1.18 qui devient ainsi : la loi 1.18 relative à la zone économique exclusive et au plateau continental du Royaume du Maroc.

Le Conseil a aussi adopté le projet de décret 2-17-349 modifiant et complétant le décret 2-75-311 du 11 Rajab 1395 (21 Juillet 1975) déterminant les lignes de fermeture de baies sur les côtes marocaines et les coordonnées géographiques de la limite des eaux territoriales marocaines et de la zone économique exclusive.

Ce texte tient compte des nouvelles dispositions introduites par le Dahir portant loi 1-73-211 du 26 moharrem 1393 (2 mars 1973) fixant la limite des eaux territoriales.

Ce projet stipule le changement de l’intitulé dudit décret, désormais déterminant les coordonnées des lignes de base utilisées pour la délimitation de la ligne de la limite extérieure de la mer territoriale marocaine.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

07 juillet 2017

Le Parlement européen interpelle La Commission sur sa coopération exclusive avec le Polisario

La dégradation de la situation sécuritaire, les violations des droits humains et les détournements "des problèmes rarement discutés au niveau européen"

parlementue

Le Parlement européen a adressé à la Commission européenne une série de questions qui concernent les relations de la Commission de Bruxelles avec les représentants des Sahraouis retenus dans les camps de Tindouf sur le territoire algérien.

Il s’agit, notamment de la coopération exclusive avec le Polisario à l’exception de tous autres représentants des habitants de ces camps et sans même évoquer l’existence de ces derniers.

Le Parlement s’est aussi, interrogé sur la pertinence du maintien du soutien humanitaire au front Polisario alors qu’il n’est ni démocratiquement désigné, ni le représentant qui assure l’action la plus bénéfique et en étant même accusé d’organiser le détournement de l’aide humanitaire offerte à ces habitants.
Rappelant que l’UE est le principal pourvoyeur d’aide aux séquestrés des camps de Tindouf avec un total de 222 millions d'euros entre 1993 et 2016, la députée européenne belge Kathleen Van Brempt met en garde la Commission européenne contre la dilapidation de cet argent «par diverses parties intéressées parmi lesquelles des fonctionnaires algériens et des membres du Polisario».

Dans une autre question adressée à l’exécutif européen, l’eurodéputée belge souligne que le front Polisario est responsable du maintien de la situation dramatique des habitants retenus dans les camps de Tindouf, à deux niveaux : les violations des droits humains commises par le front, ainsi que l’absence de processus politique pour régler cette situation.les séquestrés de Tindouf «survivent dans des conditions déplorables. Leurs droits sont systématiquement bafoués par le Polisario».

Pointant du doigt "l'insécurité croissante" et "les violations systématiques des droits de l'homme" dans les camps qui sont des "problèmes majeurs très rarement abordés" au niveau européen, elle s’interroge si l'exécutif européen a pris des mesures pour que cessent ces violations commises par le Polisario.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com